Saturday, April 23, 2016

PHOTOS:La pêche aux Abricots, la cité de "Les Possédés de la pleine lune"

"Les habitants du petit village côtier des Abricots mènent une existence que la misère et les calamités naturelles transforment en lutte quotidienne. Une bête à sept têtes cause l’épouvante générale, Agénor divague et se bat contre un poisson légendaire, Saintmilia s’étiole de solitude, Violetta tombe amoureuse de la rivière, Louiorteresse enrage de jalousie... Quand vient le soir, les désirs des villageois s’allument sous les lueurs blanches de la pleine lune, dans les reflets de l’eau-de-vie et les dits de grands-mères..."

« La nuit avait vite passé, noyant le tumulte des pleurs et des voix dans les verres de clairin, les gobelets de thé chaud. Les femmes n'en finissaient pas de larmoyer, alternant gémissements, râles et cris pour dire le chagrin de Saintmilia. Elles troquaient, le temps d'une veillée, leur propre détresse contre la sienne, exorcisant ainsi dans les larmes les tribulations de leur existence. Une façon de confirmer un pacte tacite avec la vie : plutôt la mort chez la voisine que chez soi. Et, comme par remords, une émouvante sympathie pour elle : chanter son deuil, réciter les prières pour les trépassés, plaindre son sort. [...] Les hommes, eux, buvaient sec et long, jouaient aux cartes, se racontaient des histoires drôles, des histoires de vivants, riaient aux éclats ... »

« Agénor avait vécu retiré avec sa femme aux limites du cimetière, cultivant dans la solitude de sa chaumière un goût de la singularité qui avait ouvert la porte à tous les fantasmes. Il dormait le jour, péchait la nuit, rentrait à l’aube, sa tête et son panier pullulant de poissons aussi gros que l’église*. Les hommes du village le disaient bizarre. Certains insinuaient même qu’il était fou. Ils l’avaient jugé différent pour mieux opposer à cette différence une attitude collective dans laquelle entraient sans aucun doute la crainte, l’envie, la jalousie sinon la haine. »

CI-DESSUS: EXTRAITS DE "Les possédés de la pleine lune" de Jean-Claude Fignolé












NDLR: De belles photos de pêcherie qui manquent cependant les traits fondamentaux d'une entreprise plutôt commerciale pourtant appelée à apporter l'alimentation quotidienne aux habitants de ce beau village côtier d'Haiti. Adapté pour publication par Carl Gilbert
* Souligné par HCN

Friday, April 22, 2016

Haiti-Ex-PM Bellerive accuse Ex-PM Lamothe

Zen pete! Bellerive accuse Laurent Lamothe sur les contrats de PetroCaribe!
Déposition devant le Sénat de la République
De notre correspondant DG en Haiti
_____________



Commission Ethique et Anti-Corruption
Jeudi 21 Avril 2016.

Jean Max Bellerive

Honorables Sénateurs,

🏽 Il y a à peu près cinq années, suite à des déclarations véhiculées sur des  ondes de stations de radio, j’ai fait savoir au Sénateur Steven Benoit, déjà membre de la Commission Ethique et Anti-Corruption du Sénat,  que j’étais prêt à venir fournir toutes les explications utiles sur la  gestion des résolutions des fonds Petrocaribe signées alors que j’étais Premier Ministre. En particulier, je tenais à donner des explications sur la signature de contrats avec des compagnies « dites dominicaines ».

🏽 Dans la même semaine, je me suis donc présenté devant cette Commission accompagné du Ministre des Finances d’alors, M. Ronald Baudin, et de collaborateurs de la Primature et du Ministère de la Planification et de la Coopération Externe. L’audition a duré près de cinq heures pendant lesquelles j’ai remis à la commission sénatoriale deux boites de documents qui comprenaient copies de toutes les résolutions des conseils d’administration du Bureau de Monétisation, copies des résolutions des Conseils des Ministres approuvant ces résolutions, copies des contrats signés découlant de ces résolutions, extraits des pages du budget de la République où figuraient les  montants à décaisser en fonction de ces résolutions. Au nom de la continuité de l’Etat et ayant grande confiance dans le Parlement, je suis persuadé que l’ensemble de ces documents sont encore disponibles dans vos archives pour être consultés à souhait par les honorables parlementaires.

🏽 Je me suis mis à la disposition des sénateurs qui m’avaient longuement questionné sur les procédures de passation de marchés publics utilisées par mon administration et ayant abouti à la signature de ces contrats. J’ai pu établir que toute ma gestion dans le cadre de ces contrats avait été réalisée strictement dans le cadre de la Loi. En particulier, il a été démontré que comme Chef de Gouvernement à l’époque, je n’avais pas usé pleinement des prérogatives que m’octroyait la Loi d’Urgence, votée par le Parlement au lendemain du séisme de 2010.  

🏽 Je me suis en effet astreint à rester le plus possible dans le cadre de la Loi sur les Marchés Publics, qui ne m’était pourtant pas directement imposable dans le cadre de la loi d’urgence. Certains ont voulu ignorer cette situation, pour des raisons purement politiques, et ont commandité un rapport d’audit tendancieux. Toutefois, la bonne gestion des fonds a été confirmée en deux reprises par la Cour supérieure des comptes et du Contentieux Administratif, notamment  lors de l’audit de ma gestion desdits contrats.  Dois-je signaler que mes accusateurs d’alors n’ont jamais eu l’honnêteté ou la décence de solliciter l’avis de l’institution que la Constitution a créée à cet effet ?

🏽 Je réaffirme, aujourd’hui, que le recours aux fonds de Petrocaribe sous mon administration a été réalisé avec prudence, transparence et sens de responsabilité. Pour preuves, sous ma gestion : 

 a) toutes les affectations de fonds ont été faites à partir de résolutions signées par les membres du conseil d’administration,

 b) toutes les résolutions du CA ont reçues l’aval du Conseil des Ministres, et ces résolutions ont été publiées au Moniteur, 

c) aucune utilisation des fonds de Petrocaribe n’a été effectuée pour des projets qui n’étaient pas l’objet des dites résolutions, 

d) tous les projets financés par le fonds petrocaribe ont été intégrés dans le budget de la République ou la loi rectificative,

 e) tous ces projets étaient donc connus du Parlement et parfois demandés par les parlementaires, 

f) les valeurs engagées pour le paiement des contrats étaient toujours immédiatement disponibles à partir des comptes courants du BMPAD, 

g) toutes les valeurs de la dette à court terme, correspondant au paiement au Venezuela de la partie perçue à partir de la vente de carburants toujours payée selon le calendrier agréé. 

Faut-il rappeler que la mise à contribution du financement Petrocaribe a été faite avec parcimonie et dans les circonstances exceptionnelles, comme une solution de dernier recours ? 

Faut-il rappeler également qu’à mon départ du gouvernement, le BMPAD disposait dans ses caisses d’un montant confortable pour faire face à tous ses compromis.

 Je m’étonne que toute une série de projets ou de travaux exécutés ou non par les administrations qui m’ont succédé soient parfois attribués, à dessein, aux « contrats Préval/Bellerive ». Je me permets de rappeler à la Commission qu’elle dispose de la liste exhaustive des projets  financés par les résolutions prises alors que j’étais à la Primature. Cependant, je me vois impliqué à tort dans certains contrats qui découleraient d’autres montages, d’autres financements ou d’autres institutions que celles que j’ai eu à diriger, comme c’est le cas par exemple du projet de logement à Morne à Cabris ou des chantiers du Ministère de l’Intérieur. 

🏽 Je ne suis aujourd’hui ni ministre, ni premier ministre. La dynamique de la vie politique m’a amené à occuper actuellement une fonction se trouvant hors du contrôle parlementaire. J’ai malgré tout tenu à répondre à votre invitation, cette fois-ci comme simple citoyen, afin d’aider, si possible à débroussailler, traiter et clôre, une fois pour toutes, ce dossier, puisque je ne suis plus dépositaire de documents d’Etat qui n’ont déjà été mis à votre disposition. Car, il n’est point compréhensible que chaque 5 ans, en fonction de l’équipe qui siègera au Parlement et de ses motivations, l’on m’appelle pour les mêmes explications, déjà fournies, à l’institution parlementaire et à la Nation. La période des résolutions qui me concernent prenant effet après le séisme, je n’ai aucun doute que toute la documentation est disponible, au MPCE, au MEF, dans les ministères sectoriels chargés de certains projets, au BMPAD, au Sénat, à la Chambre des députés et à la Cour supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, et ce encore une fois, en plus des documents déjà remis lors de ma précédente audition au Parlement.

🏽 Honorables Sénateurs, je suis à votre disposition.

Jean Max Bellerive
Port-au-Pr[truncado por WhatsApp]

TODAY IS EARTH DAY- from the White House


Today is Earth Day -- the last one I'll celebrate as President. Looking back over the past seven years, I'm hopeful that the work we've done will allow my daughters and all of our children to inherit a cleaner, healthier, and safer planet. But I know there is still work to do. 

That's why, today, the United States will join about 170 other countries in signing the Paris Agreement, a historic deal to reduce carbon emissions across the globe.

When Secretary of State John Kerry stands with other countries to support this agreement, we’ll advance a plan that prioritizes the health of our planet and our people. And we’ll come within striking distance of enacting the Paris Agreement years earlier than anyone expected.

This is important because the impact of climate change is real. Last summer, I visited Alaska and stood at the foot of a disappearing glacier. I saw how the rising sea is eating away at shorelines and swallowing small towns. I saw how changes in temperature mean permafrost is thawing and the tundra is burning. So we’ve got to do something about it before it’s too late.

As the world's second-largest source of climate pollution, America has a responsibility to act. The stakes are enormous -- our planet, our children, our future. That's true not just here in America, but all over the world. No one is immune.

That's why, when I ran for this office, I promised I'd work with anyone -- across the aisle or on the other side of the planet -- to combat this threat. It’s why we brought together scientists, entrepreneurs, businesses, and religious organizations to tackle this challenge together. It's why we set the first-ever national fuel efficiency standards for trucks and set new standards for cars. It’s why we made the biggest investment in clean energy in U.S. history. It’s why we put forward a plan to limit carbon pollution from existing power plants. And it’s why in Paris, we rallied countries all over the world to establish a long-term framework to reduce global greenhouse gas emissions -- the first time so many countries had committed to ambitious, nationally determined climate targets.

Now, we're building on that momentum. When all is said and done, today will be the largest one-day signing event in the history of the UN.

Thanks to this agreement, we can be more confident that we'll leave our children a planet worthy of their promise. 

That's what this is all about. And that's why today, America is leading the fight against climate change.

President Barack Obama

This email was sent to cggilb@yahoo.com

Wednesday, April 20, 2016

Haiti Crise- des sénateurs américains préoccupés par la situation politique

Le Coin de DG entendu et recueilli Çà et Là pour HCN
Haiti Crise: 3 membres du sénat américain  expriment [dans une lettre ci-dessous] au secrétaire d'état américain John Kerry leurs préoccupations au sujet de la situation politique d'Haiti.