Saturday, April 16, 2016

Haiti Crise- Martelly fait une rentrée sur la scène politique

Lettre
De l'ex-président Michel Martelly au président  provisoire Jocelerme Privert 


Monsieur le Président Provisoire...
MJM/0416/008
Port-au-Prince, le 15 avril 2016
Son Excellence
Monsieur Jocelerme PRIVERT
Président Provisoire
Palais National
Monsieur le Président Provisoire,
Deux mois après la fin de mon mandat et après avoir négocié et signé avec vous, en votre qualité de Président du Sénat, conjointement avec le Président de la Chambre des Députés, un accord de sortie de crise, le pays est menacé par une crise plus profonde que je voulais éviter.
En effet, en signant cet accord, j’ai voulu éviter au pays une crise politique après le coup du 22 janvier 2016 et contribuer à l'exercice du jeu démocratique; c’est dans cet esprit que j’ai quitté mes fonctions à la date prévue par la Constitution, en m’assurant, comme il a été prévu, que le pouvoir soit transmis, le 14 mai 2016, à un Président légitime, issu d’élections.
Dois-je encore vous rappeler, Monsieur le Président Provisoire, que cet accord a été rédigé par vos soins, suivant vos propres termes et conditions et vous en êtes, par la suite, devenu le principal bénéficiaire, responsable direct de sa mise en œuvre ?
Il est inconcevable qu'après deux présidences à vie consécutives, ayant duré trente ans, le pays ne parvienne, trente ans plus tard, à organiser des élections qui ne fassent l’objet de contestation et qu’il soit toujours utile de se référer à l’arbitrage de la communauté internationale pour trancher. Ce constat choque tant les observateurs nationaux qu’étrangers.
Il est anormal que certains politiciens haïtiens recourent à tous les stratagèmes, du mieux qu'ils peuvent, pour empêcher la tenue d’élections et que l'on offre au monde entier le spectacle navrant qu'eux tous n’étaient motivés que par des intérêts personnels et mesquins. Un grand nombre de ceux qui se sont montrés hostiles à la tenue des élections se sont fait nommer au gouvernement de transition qu’ils veulent convertir en gouvernement définitif, sans recourir à la voie des urnes, en utilisant tous les artifices. La nouvelle donne consiste à séparer à l’amiable, copain-copain, le pouvoir exécutif avec les sénateurs, comme une sorte de butin de guerre que l’on repartit entre des officiers vainqueurs. Le Sénat est rendu quasiment dysfonctionnel aujourd’hui parce qu’aux sénateurs sont offertes des fonctions administratives à titre de récompense - les Sénateurs abandonnant le Parlement pour devenir ministres. Cette approche ne va pas tenir la route, Monsieur le Président provisoire.
Le Gouvernement actuel se donne un agenda étendu voire illimité qui ne correspond nullement à son mandat, circonscrit dans l’accord signé entre vous et moi le 5 février 2016. Cette démarche ne va pas permettre de résoudre la crise, elle va plutôt l’aggraver.
Il est urgent d'engager le processus d'organisation du second tour des élections présidentielles et qu’un gouvernement légitime soit mis en place dans les délais prévus. Il serait raisonnable que l'on cesse d'utiliser des subterfuges pour grignoter quelques mois sur les mandats des élus à des fins inavouables. Le pays ne pourra pas tirer avantage de la répétition de cette situation consistant en cette pratique de vouloir remplacer un gouvernement constitutionnel par un gouvernement provisoire, et le renvoi des élections réglementaires sine die pour laisser un certain temps de gestion à ce gouvernement provisoire. Je voudrais en connaitre la motivation... Une telle situation va continuer à augmenter la précarité et entacher l'image du pays aux yeux de nos partenaires- bien entendu ceux qui n'ont aucun intérêt dans cette situation... C’est la raison principale qui m’a porté à choisir, parmi toutes les options, de signer l'accord du 5 février et partir le 7 février suivant.
Les stratèges de ce gouvernement, qui se croient seuls sur la planète, instaurent la persécution sous toutes ses formes pour parvenir à leurs fins. Leur programme majeur a pour nom la "demartellisation". Ce programme consiste à humilier mes anciens collaborateurs et paradoxalement, ceux-là même qui m'ont accompagné jusqu'aux derniers jours de mon mandat. Cette manière de faire démontre l'incohérence et l'inconsistance de ces persécutions qui fragilisent la démocratie et anéantissent l'esprit démocratique. Une première tactique a consisté à les accuser de choses auxquelles ils sont complètement étrangers, que personne n'a établi. Quand ils considèrent devoir se défendre, ils sont directement menacés, accusés de contester des déclarations du Président et privés de leur liberté de mouvement. Un Commissaire du Gouvernement, ex-député du peuple, qui n’est pas juge des comptes des fonctionnaires et des Grands commis de l’Etat, commence par établir une liste d’interdiction de départ avant même d’avoir entendu ses victimes ou d’avoir vu les dossiers qui leur seraient imputables.
Je crois en la nécessité de tout administrateur de l’Etat de rendre compte de sa gestion, cependant si la justice est aveugle, elle ne doit pas se laisser aveugler.
Que la nation prenne garde et reste vigilante pour que la nécessaire et indispensable lutte contre la corruption ne fournisse l’occasion de commettre des injustices criardes, même au nom de la raison d’Etat, autrement comme l’avait si bien dit le Président René Préval, dans une situation semblable «peu de citoyens honnêtes, compétents et sérieux accepteront de se mettre au service de leur pays en se persuadant que l’Etat ne peut être habité que par des malveillants et des médiocres» (sic)
Je n’ai pas signé l’accord du 5 février pour encourager la violation des droits individuels. Combien de fois ne vous est-il pas arrivé, Monsieur le Président provisoire, de vous prononcer dans des domaines qui ne sont pas les vôtres, en déni des prérogatives et responsabilités des institutions légalement constituées. En déclarant par exemple, plus d'une fois, aux membres du PHTK que leur candidat à la Présidence est classé en 5eme position alors que vous n’êtes pas membre du Conseil électoral ! Qui donc comptez-vous classer en première position, Monsieur le Président ?
Je vous invite patriotiquement à vous dépasser et à vous éloigner du chant des sirènes, car les chantres ne connaissent pas la douleur ni les responsabilités d’un président de la République. Eux croient que tout lui est possible. Malheur à un président qui croit qu’il peut tout faire. Le seul recours d’un chef d’Etat devant ces situations, c’est la loi ; il doit avoir recours en permanence à la loi. Cela m’a évité bien des égarements même s’il m’a laissé des inimitiés au sein de mon propre camp. De toute manière, il y a un choix à faire. Il y a beaucoup de voies. Moi j’ai choisi de voir les choses avec hauteur, sans roublardise. Nous devons laisser le temps des dictatures et des violences politiques derrière nous et renoncer à vouloir contrôler le pouvoir par tous les moyens, au risque de maintenir le pays dans l’indignité et le dénuement de ses citoyens.
Si nous voulons travailler à l’instauration de la démocratie en Haïti, nous devons nous y consacrer de manière déterminée et sérieuse, de toute notre force, de tout notre être et de toute notre pensée, tellement la tentation d’aller dans le sens contraire est grande. Le seul garant, c’est le respect de nos institutions.
C’est dans ce sens que j’avais choisi de rendre visite à tous les anciens Chefs d’Etat vivant dans le pays. Cette décision n’avait pas fait l’unanimité autour de moi. Mais ma volonté de rassembler toutes les élites et toutes les forces du pays pour l’avènement d’une ère de progrès me l’avait dicté. Je l’ai fait pour rassurer. Durant mon administration, les libertés politiques ont atteint leur apogée, la presse, le paroxysme de la liberté. Mes ministres s’exprimaient librement et je n’ai jamais trouvé aucun mal à l’expression de positions contraires. Je n’étais pas le Chef mais le coordonnateur. Je n’ai jamais considéré que j’étais le juge des actes de mes prédécesseurs ou de leurs ministres. Je n’étais pas obligé de marcher sur leurs voies, je pouvais revenir sur certaines de leurs décisions, sans essayer de les mettre en cause. Parce que la Constitution, qui doit être notre boussole, a fixé la responsabilité de chacun et de chaque institution. Sur mon bureau et ma table de chevet, il y avait toujours un exemplaire de la Constitution. Un Président de la République ne doit jamais être lassé de lire et de relire la Constitution.
Je sais que vous connaissez ce texte par cœur. On vous attribue, à tort ou à raison, une connaissance approfondie des questions administratives. Je vous encourage à lire et à relire la Constitution, nos lois administratives, les textes de procédure administrative et civile tous les jours et à ne pas vous en écarter, comme je vous supplie, pour le bien du pays, de ne pas vous écarter du texte de l’accord du 5 février que nous avons signé. La patrie vous sera reconnaissante. Ainsi votre rêve sera comblé, vos vœux exhaussés. Vous aurez acquis estime et respect aux yeux des Haïtiens et des partenaires internationaux engagés à nos côtés dans la rédemption du pays. L’Histoire vous rendra témoignage comme un grand patriote… Avant vous, d’autres ont essayé d’aller dans le sens contraire de l’Histoire, ils l’ont tous regretté.
Les évènements de ces derniers jours m’ont motivé à vous écrire cette lettre. Je le fais en toute humilité et dans un élan patriotique, pendant qu’il est encore temps. Mon patriotisme me commande de vous recommander de ne pas céder à la tentation de ceux qui n’attendront pas le second chant du coq pour vous lâcher.
Veuillez agréer, Monsieur le Président provisoire, les assurances de ma très haute considération.
Michel Joseph MARTELLY
56è Président de la République d’Haïti
(Sic) Illustré par HCN.

Wednesday, April 13, 2016

Lu Pour Vous: How Hillary Helped Ruin Haiti


INTERFERENCE
04.13.16 1:25 PM ET

How Hillary Helped Ruin Haiti

By Theodore Hamm*

Much of the blame for Haiti’s chaotic political scene can be pinned on Hillary Clinton’s State Department, whose handpicked president has only made things worse.

Last week Haiti’s Electoral Council postponed the nation’s current presidential election indefinitely. 

The present chaos is a fitting coda to the recent presidency of Michel Martelly, a novice politician who governed accordingly.

Amid the current upheaval, the name Mirlande Manigat is well worth recalling. As Haiti struggled to dig out from the disastrous 2010 earthquake, Manigat stood poised to become its first elected female president—until Hillary Clinton’s State Department intervened.

Photo: Stringer. /Reuters- Manif en Haiti

A former First Lady of Haiti and a respected university administrator, Manigat invoked Brazil’s Lula as she ran on a moderately left-wing platform championing universal public education. Manigat, who holds a Ph.D. from the Sorbonne, also campaigned in the U.S., detailing at length her vision for Haiti.

Ominously, Dr. Manigat criticized the aid organizations that swarmed into Haiti after the earthquake. Singling out those groups’ lack of accountability, Manigat assured Time that “My government will not operate the NGO way.”

In late November 2010, Manigat, a Duvalier-era exile, topped a field of 19 candidates, garnering 31 percent of the vote and setting herself up for a runoff election against the initial second-place finisher, Jude Celestin. A close ally at the time with Haiti’s then-President Rene Preval, Celestin barely edged out Martelly, the popular singer better known as Sweet Micky.

After the election results were announced in early December, Micky’s devoted supporters rioted for three straight days. Hillary Clinton, in turn, told President Preval that if he didn’t force Celestin to drop out, Congress would cut off aid to Haiti. Martelly soon became the second candidate in the runoff.

In March 2011, Sweet Micky parlayed his support from the Duvalier-aligned Haitian right and the U.S. into a comfortable victory. On the night he won the runoff, Hillary’s State Department team celebrated, with her chief of staff Cheryl Mills assuring them that “You do great elections.”

By the end of 2015, according to a congressional report, “much of the Haitian public” believed that international disaster relief money had been mismanaged, fueling calls for Martelly’s ouster (PDF). 

Under Martelly, the Haitian gourde also depreciated by 30 percent, compounding the nation’s rapidly growing food crisis.

Instead of the grandmotherly figure of Dr. Mirlande, in the aftermath of the devastating earthquake Haiti was ruled by a risqué, misogynist musician. Yet despite his volatile character, once in office Micky remained a consistent ally of the Clintons.

One year into Martelly’s term, U.S. Ambassador Pam White informed Mills (PDF) that Haiti insiders viewed Martelly “not dumb as many may think, [but] he is wild.” Martelly soon appointed close Clinton ally Laurent Lamothe as prime minister, but Lamothe was forced to step down two years later.

When Caracol Industrial Park, a signature project of the Clinton Foundation, opened in northern Haiti in October 2012, Sweet Micky joined Bill and Hillary at the ceremony. There Haiti’s president and the U.S. Secretary of State heaped high praise on one another.

Martelly, Clinton declared, was the impoverished nation’s “chief dreamer and believer.” Sweet Micky, in turn, said the Caracol project showed that Haiti “is open for business, and that’s not just a slogan.”

The high-profile launch of the industrial park, Time reported, was also designed to rebut criticisms within Haiti regarding exactly where the many billions in post-earthquake aid money had ended up.

At the time, Martelly proclaimed that the Caracol project would deliver more than 100,000 jobs, while the Clinton Foundation vowed that it would bring 60,000 in five years. As of mid-2015, the actual number was closer to 5,000.

Throughout his five-year term, Martelly gave free rein to NGOs and foreign business interests. Amidst Haiti’s ongoing turmoil, a simple question thus arises: Why, exactly, did Hillary Clinton’s State Department support Sweet Micky instead of Dr. Mirlande Manigat?

*Theodore Hamm is chair of Journalism and New Media Studies at St. Joseph’s College in Clinton Hill, Brooklyn.
Source: The Daily Beast

__________________________________

Vidéo de la semaine pour HCN, en mémoire de Robert Anglade, propriétaire de l'Hôtel Jardin sur Mer,  assassiné récemment sur sa propriété à Zanglais, près d'Aquin, Haiti