Thursday, April 7, 2011

Videos: NY, April 6 2011: Security Council on Haiti

Security Council Meeting
06 April 2011
The situation concerning Haiti - Haiti: A Renewed Commitment by the International Community. Président sortant Préval était présent
_______________________________________



Monday, April 4, 2011

Michel Martelly proclamé président élu d'Haiti

Michel Martelly proclamé président élu d'Haiti
Comment Mirlande Manigat a perdu les élections présidentielles
Par Stanley Lucas (ci-dessous)

_______________________________________________

Comment Mirlande Manigat a perdu les élections présidentielles
Par Stanley Lucas
La capacité de gagner une campagne électorale dépend de plusieurs facteurs. La première est de connaitre les qualités et les faiblesses du candidat et son ambition a vouloir le poste convoite. La seconde tourne autour de l'organisation de la campagne électorale. En général une campagne comprend un directeur de campagne, un directeur politique, un responsable de la communication, un responsable du budget et du fundraising, un responsable des questions logistiques, un responsable de la sécurité, un responsable des volontaires. Chacun de ces responsables a un ou plusieurs assistants.
Les responsables de la campagne doivent comprendre et saisir l'environnement électoral, c'est la seule façon de gagner. Si on ne le saisit pas on est condamné à perdre. Il faut saisir ou sont les 4.7 millions de votants Haïtiens lors de l'ouverture de la campagne électorale? Que veulent-ils? Est-ce que c'est une année électorale ou la continuité a une chance? Ou est-ce une année électorale ou la rupture et le changement sont a l'ordre du jour? Qui sont les candidats en face? Leur background? Programmes? Support? Ce sont des questions que la section politique de la campagne doit répondre et c'est ce qui leur permettra d'avoir une chance de gagner. Les focus group, les sondages, les enquêtes politiques en plus des analyses aideront le directeur politique et le directeur de la campagne électorale du candidat a comprendre la réalité et l'environnement politique autour des élections.
Apres le premier mandat du président Bill Clinton aux Etats Unis, les votants avaient prit la décision de le réélire à cause de ses performances économiques lors des élections de Novembre 1996. C'était la continuité! En 2008 après avoir mal géré l'économie, la guerre en Irak et en Afghanistan Barack Obama et les démocrates ont battu les républicains. C'était la rupture et le changement! En Novembre 2010 Barack Obama n'ayant pas délivré économiquement les américains ont encore voté la rupture et le changement.
Cette année la rupture, le changement était é l'ordre du jour en Haïti. René Préval et ses associes n'ont pas répondu depuis 2006 aux attentes du peuple pis au lieu de saisir la solidarité internationale, la réponse de la diaspora après le 12 Janvier, les hommes de l'INITE s'enfoncèrent dans la corruption habituelle. Frustres dans la misère, l'insécurité et la désolation les votants Haïtiens comptaient déjà les jours de René Préval et de l'INITE. Préval comme par le passe pensait pouvoir imposer son agenda de coup d'état électoral et contre la constitution. Les experts politiques malgré tout sentaient l'odeur du changement dans l'air. Le pouvoir était sur une chaise roulante mais toujours dangereuse. Préval en malin mesurait les candidats qui étaient pour la plupart des allies qu'il avait l'habitude de rouler surveillait les opposants féroces. Préval sur de lui se sentait le maitre du jeu, nomma le CEP, utilisa ses amis de la communauté internationale pour ouvrir le jeu électoral malgré l'opposition interne. Préval est un bon élève de Su Tzu il sait que le succès d'une opération réside dans sa préparation et que l'art de la guerre politique réside dans la duperie. Malheureusement pour un acteur sur la scène depuis vingt cinq ans il était devenu prévisible. Une initiative sans agents secrets est comme un homme sans yeux ni oreilles. Qui connait l’autre et se connait lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connait pas l’autre mais se connait lui-même, pour chaque victoire, connaitra une défaite. Qui ne connait ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles.

A tort ou a raison Mirlande Manigat laissa glisser la perception qu'elle faisait partie du plan Préval quand elle refusa de partager les lignes générales discutées avec Préval lors de la visite de ce dernier chez elle. Sa réponse aux questions des journalistes fut le point de départ de sa défaite. Mirlande Manigat déclara qu'elle informera les Haïtiens du contenu de cette rencontre à la publication de ses mémoires après la fin de son mandat présidentiel. Une semaine plus tard l'opinion publique discutait des $8 millions de dollars reçus de René Préval et d'un véhicule blinde mit a sa disposition par le palais. Pendant deux semaines et demi Manigat refusa de répondre aux questions. Lorsque finalement elle apporta des précisions lors d'une visite a Boston, le mental populaire était convaincu d'un deal quelconque entre elle et Préval bousillant une grande partie de son capital politique et l'image de changement qu'elle représentait. C'est le résultat d'une campagne mal organisée qui n'avait pas comprit que toute association de près ou de loin avec Préval et l'INITE était toxique.

Le cap du premier tour passe Manigat ne profita pas de l'environnement de changement et des crédits que son profil jouissait au sein de la population. Pendant les deux premières semaines du second tour une campagne systématique de dénigrement de son adversaire fut mise en branle. Pendant deux semaines on assista au dénigrement du caractère de Martelly sans la promotion du programme et des qualités de Mirlande Manigat. Apres deux semaines de dénigrement les chiffres de Martelly dans les sondages n'ont pas bouge au contraire il gagna cinq points. C'est le résultat d'une campagne qui ne comprenait pas l'environnement électoral et qui n'a pas su tester l'inefficacité de son message après trois jours.
Et puis vint le moment du débat. L'environnement pré-débat avait fait croire que Martelly ne savait rien, c'était un crétin, un bouffon qui ne connaissait pas les dossiers de la nation. Particulièrement au niveau des classes moyennes une réalité fictive avait été crée; Manigat le professeur allait bouffer Michel Martelly lors du débat. Les premières minutes du débat ont prit pas mal de gens au dépourvu. C'est Martelly qui donna l'impression qu'il contrôlait et menait le débat sur son terrain a sa façon. Manigat alla jusqu'a se dissocier de la campagne de dénigrement. A la fin du débat, les carottes étaient cuites, l'homme qu'on présentait comme un bouffon fit comprendre a la majorité des Haïtiens qu'il connaissait ses dossiers et pouvait remettre en question les capacités du candidat professeur. La publication des résultats du débat par les organisateurs confirma la grande victoire de Michel Martelly sur Mirlande Manigat. C'est le résultat d'une campagne mal organisée qui n'a pas su préparer son candidat a débattre les dossiers de la nation et capitaliser sur les faiblesses de son opposant.

Madame Manigat se rend au Cap-Haïtien, une note de radio Kiskeya confirme que cette mobilisation est organisée par le sénateur de l'INITE Nawoom Marcelus très décrié dans le Nord a cause des dossiers de droits humains et la corruption. Cette association et la déclaration de Marcellus "yo sezi" refroidit une grande partie de l'électorat du Nord. Quelques jours après les ministres de l'INITE Marie Laurence Lassègue et Marjorie Michel rejoignent le camp Manigat. Apres la réunion avec Préval, l'arrivée de Nawoom Marcellus et l'atterrissage de ces deux ministres la perception que Mirlande Manigat représente la continuité grandit énormément chez les votants. L'arrivée d'Aristide qui parle de Malanga et de Kay la associes aux supporters de Manigat qui traduisent ce discours en un support pour Madame Manigat renforce encore plus cette perception aux yeux des votants que Mirlande Manigat représente cette continuité dont ils ont si peur.
Pendant ce temps Martelly martèle le pouvoir de l"INITE, utilise les nouvelles technologies de l'information pour vendre son message. Sur Facebook qui a 1.4 millions d'Haïtiens avec des pages pour chaque ville d'Haïti Manigat a 5000 supporters, Martelly a 21,000. Sur Twitter Manigat a été absente jusqu’aux deux dernières semaines de la campagne, Martelly était présent depuis le début. Le téléphone mobile devenu un outil incontournable utilise par tous devient l'arme privilégié de Martelly qui laisse sa voix et un message chaleureux pour cette petite marchande ou ce paysan qui vient de couper sa banane qui excitée déclare que le président vient de lui laisser un message.

La campagne organisée de Michel Martelly a battu la campagne de Mirlande Manigat au niveau de la communication, élément essentiel pour gagner une campagne électorale. L'organisation d'une campagne électorale fait toujours une grande différence dans la victoire ou la défaite.

The countdown for the publication of Haiti Elections Results has come and passed


MySpace-Countdowns


Michel Martelly est proclamé gagnant de la course présidentielle en Haiti