Thursday, March 31, 2011

HAITI-ELECTIONS 2e TOUR, RESULTATS 31 MARS 2011, HAITI D’ABORD !


Deux articles sur cette page du blog d'Haiti Connexion:
1)HAITI-ELECTIONS 2e TOUR, RESULTATS 31 MARS 2011, HAITI D’ABORD !
Par Jean Robert JEAN-NOEL
2)Vote Populaire Sacrifié: Démocratie en Danger
Par Guichard Doré
_________________________________


Cher Ami,
Il ne faut pas qu'il y ait violence. Nous devons nous battre qu'il n'y ait pas de violence. Nous devons mettre la main a la pate pour que tout le monde accepte les resultats des elections qui doivent coute que coute refleter le vote du peuple sans parti pris ni magouilles. Quelles que soient nos attaches, notre preference pour l'un ou l'autre des candidats, nous devons apprendre a respecter le vote de la majorite. C'est ca la demacratie. C'est aussi simple que cela. Aucune personne, aucune institution n'a le droit d'en decider autrement. Que le meilleur ou la meilleure gagne et qu'ils fassent comprendre a leurs partisans et sbires que le pays n'est plus en mesure de subir de nouvelles casses, ainsi ils prouveront qu'ils aiment charnellement cette pauvre Haiti comme ils le pretendent. Que tous ceux qui aiment ce coin de terre qui est notre prennent le temps de lire que j'ecris en puisant dans le plus profond de mon coeur et de mon ame!
Jean Robert JEAN-NOEL


HAITI-ELECTIONS 2e TOUR, RESULTATS 31 MARS 2011, HAITI D’ABORD !
Jean Robert JEAN-NOEL
27 Mars 2011
Le 7 décembre 2010, le Conseil Electoral Provisoire (CEP) proclama les résultats des élections du 1er tour des présidentielle et législatives du 28 novembre 2010. Ces élections et leurs résultats provoquèrent près d’une dizaines de morts et des dégâts matériels estimés à 100 M d’USD par nos économistes et une crise électorale qui a mis à nue la dépendance du pays vis-à-vis de la Communauté Internationale (CI). Face à la désolation ressentie durant ces deux jours d’émeute, je me suis permis, le 10 décembre 2010, en tant que citoyen haïtien vivant en Haïti, de ramasser les cinq (5) propositions citoyennes sur cette crise et d’y ajouter deux (2) propositions après une analyse très judicieuse dégageant la responsabilité du pouvoir en place dans cette crise électorale, dont une, la sixième (6e ) sera reprise par l’OEA proposant de remplacer le candidat du pouvoir par Mr Martelly au 2e tour[1] (www.jrjean-noel.blogspot.com).
En effet, face à l’aggravation de la situation globale du pays en ce mois de décembre 2010, malgré l’implication directe de la CI dans cette crise, en particulier l’OEA, le Président de la République, Mr Préval, a fait appel à des experts de cette institution pour aider Haïti à trouver une solution à la crise électorale. Par des artifices de calculs qui s’apparentaient beaucoup plus à une solution politique, les « experts de l’OEA » ont proposé de remplacer Mr Célestin par Mr Martelly au 2e tour des élections présidentielles, solution avalisée par la CI dans son ensemble et appliquée par le CEP. Ce qui nous a valu deux mois de retard sur le calendrier électoral et l’organisation de ce 2e tour, ce 20 mars 2011, entre Mme Manigat et Mr Martelly. La proclamation des résultats de ces élections est prévue pour ce 31 mars 2011. Qu’en sera-t-il ? Le pays aura-il à payer à nouveau les pots cassé de notre inconscience ?
La position des deux camps
Selon les premières estimations des médias basées sur les dépouillements le soir même des élections, et sur certains procès verbaux affichés aux centres de vote, les tendances seraient plutôt favorables à Mr Martelly dont la photo est publiée en première page de l’Hebdomadaire Haïti en Marche (Haïti en Marche # 09[2]), Premiers chiffres : Michel Martelly pourrait l’emporter jusqu’à 60%, selon HEM. Sur cette base et d’autres, disent-ils en leur possession, les partisans de Mr Martelly ont crié victoire. Sur les médias en ligne, c’est l’empoignade. Chacun se dit en possession d’informations les plus fiables. Sur ces entrefaites, le camp Manigat a fait sortir un communiqué signé de Mr Patrice Dumont disant détenir d’informations laissant croire que Mme Manigat est dans une position confortable pour gagner les élections. Les alliés de Mme Manigat, en l’occurrence MM Latortue et Beauplan, invitent d’aller débattre au centre de tabulation. Un groupe appartenant à « Repons Peyizan » a tenu aussi sa conférence en clamant la victoire de Mr Martelly. Toutes ces interventions ont eu pour effet de rétablir « l’équilibre » et de forcer les observateurs et le commun des mortels à un certain attentisme et à spéculer aussi sur « d’éventuelles magouilles » du CEP qui a interdit de publier les tendances.

D’un autre coté, en écoutant les déclaration des uns et des autres, en lisant les empoignades sur le net, on a cette désagréable impression que les deux camps sont prêts à en découdre et sont prêts à lâcher leurs sbires dans la rue pour « faire respecter le vote du peuple ». On a comme l’impression que notre pays, notre chère Haïti, n’est pas l’enjeu principal de ces élections, que chaque camp se bat pour sa chapelle et non pour cette Haïti meurtrie par un tremblement de terre qui a fait officiellement 316,000 morts, malade du choléra, dévastée par des cyclones, gangrenée de corruption, fragilisée par sa vulnérabilité environnementale et son positionnement sur la route des ouragans , et ses risques de tremblement et/ou de tsunami . L’observateur averti que je suis est inquiet, d’autant que, hier samedi 26 mars 2011, j’ai vécu, à Miragoâne, à la localité de Chalon, un incident qui pourrait se révéler le signe avant coureur de ce qui va se passer après le 31 mars 2011.
L’incident de Miragoâne
En effet, ce 26 mars, j’ai été dans la zone de Miragoâne pour une consultation sur l’irrigation. Vers midi, j’ai vu des barricades sur la Nationale no 2. J’ai demandé à mon chauffeur d’avancer prudemment. On a été accueilli par des jets de pierres et des tirs d’armes à feu au niveau de Chalon. La raison de cet incident est simple. Le PAM qui a ouvert des chantiers « cash for work » au niveau de la zone, a eu un retard de paiement. Voilà la raison pour laquelle, on a du perdre deux heures de temps à négocier avec des mécontents et certains ont vu la vitre de leur véhicule briser. Qu’est-ce qu’un usager de la route a à voir avec un retard de paiement d’une organisation internationale qui a ouvert des chantiers pour essayer de recapitaliser la population de la zone ?
L’état d’esprit avant la proclamation des résultats le 31 mars 2011.
Cet incident témoigne de l’état d’esprit qui prévaut actuellement dans le pays où la moindre étincelle peut provoquer une explosion incontrôlable favorable aux éternels fauteurs de trouble . Les nerfs sont donc à fleur de peau. Quand on sort travailler ou vaquer à ses occupations, on ne sait pas si on va rentrer sain et sauf à la maison. On est tout le temps sur le qui vive. On n’a pas la tranquillité d’esprit nécessaire pour réfléchir aux grands défis qui attendent le pays. Et nos intellectuels sur le net, surtout ceux-là qui vivent à l’extérieur au lieu d’y pencher car en principe plus à même de le faire en lieu et place de nous autres qui confrontons la réalité quotidienne de terrain, s’entredéchirent pour des questions sans grandeur de partisannerie politique. Que l’élu soit Manigat ou Martelly, les défis d’Haïti ne changeront pas. Alors, s’il vous plait, évitez d’alimenter les antagonismes au sein de la population, noir-mulâtre, riche-pauvre, partisan Manigat-partisan Martelly, Haïtien de l’intérieur-Haïtien de l’extérieur, intellectuel-simple d’esprit, etc. Haïti a besoin de tous ses fils et filles pour affronter ses défis et se refonder. Ce ne sont pas les résultats des élections qui vont changer quoi que ce soit en Haïti ! Les deux protagonistes auront à confronter les mêmes problèmes et les mêmes défis surtout ceux liés à la refondation d’Haïti. Qu’ils convient leurs partisans à ne pas empirer la situation du pays en brisant et en cassant quelle que soit l’issue de ce 2e tour. Rappelez-vous que ce 2e tour n’est autre qu’un compromis politique suite à la gargote électorale du 1er tour ! Rien d’autre !
Haïti d’abord !
Tacitement, nous avons accepté ce compromis d’aller à ce 2e tour car nous sommes fatigués. Nous avons accepté de laisser Mr Préval aller jusqu’au 14 mai 2011 car nous sommes fatigués. Nous avons accepté le retour de MM Aristide et Duvalier car nous sommes fatigués. Nous avons accepté la hausse du prix du carburant qui va avoir des répercussions sur le cours de notre vie car nous sommes fatigués. Nous acceptons de vivre dans cette précarité car nous sommes fatigués. Alors, acceptons les résultats de ce soit disant 2e tour comme une première étape vers cette grande concertation nationale pour jeter les bases d’un grand sauvetage national de l’Haïti de demain, moderne, émergeante, décentralisée et souveraine. Haïti d’abord, c’est notre cri de ralliement dorénavant ! Vous vous retrouvez dans ce cri, alors « faisons la route ensemble » et laissons les autres se battre pour leur chapelle, tout en les suppliant de ne pas briser et casser le petit reste qui reste. Ils nous doivent bien cela, n’est-ce pas ? Après tout, c’est leur pays aussi ! Donc Haïti d’abord s’il vous plait !!!
__________________________________________

Vote Populaire Sacrifié: Démocratie en Danger

Par Guichard Doré
Les magouilles du CEP sont susceptibles d'entrainer de lourdes conséquences pour l'avenir du pays. En démocratie, un homme = un vote. Le CEP et René Préval veulent saboter ce principe. Le principe du respect du vote populaire n'est pas négociable. La contestation se mesure au degré de la non-soumission. Aucune loi scélérate et liberticide ne peut priver au peuple son droit inaliénable et imprescriptible à la contestation et à la révolte. Aujourd'hui, contester les fraudes et les magouilles du CEP constituent une garantie pour faire vivre la démocratie et réconcilier une certaine élite d'avec le principe de l'égalité des citoyens devant la loi. Donc, dans ce cas précis, la contestation est moyen efficace pour faire respecter la loi et garantir la liberté d'expression. Quand la démocratie institutionnelle est à la dérive, il devient impératif à ce que la rue lui donne un contenu universel et restitue les citoyens dans leurs droits. La population doit faire respecter son vote par l'équilibre de la force en protestant contre les magouilles de René Préval et du CEP.

Michel Martelly n'est pas au pouvoir, il ne contrôle pas la machine électorale, comment peut-il faire des fraudes massives aux élections? Monsieur Martelly est un candidat anti-système comment peut-il influencer les élections par la fraude? Qui a passé des instructions aux mandataires de ne pas signer les procès-verbaux dans les centres et bureaux de vote dans lesquels Michel Martelly a gagné? Quelle est l'économie du 5% des procès-verbaux qui n'entrent pas au Centre de Tabulation? Quid de la rencontre au Palais National entre René Préval et deux membres de l'équipe Mirlande Manigat Samedi dernier? Quel rapport existe-t-il entre cette rencontre, la mise à l'écart de 15.000 procès-verbaux sur 33.000 et le report de la publication des résultats préliminaires des élections du 20 mars? Quel plan macabre qu'on prépare contre le vote populaire? Tous les avocats de l'Unité juridique du CEP sont membres de l'INITE. Les sèvèl Ròrot, nèg sòt, san sal, ti grangou n'ont-ils pas droit à l'expression politique? Le Conseil Electoral sur les instructions de René Préval a planifié techniquement les fraudes qui sont imputables à Michel Martelly.

Pourquoi Yourry Latortue et Beauplan ont rapidement dressé un mémoire s'ils n'étaient pas dans le coup d'État Électoral de René Préval contre le vote populaire? La réunion au Palais National entre Préval et deux hauts membres de l'équipe de Manigat en dit long sur les magouilles visant à détourner le sens du vote populaire. Une journée après cette rencontre, la décision du CEP est connue: 15.000 procès-verbaux sont mis à l'écart soit 45% des procès-verbaux de l'élection présidentielle favorable à Michel Martelly. Il revient au peuple de faire respecter ses droits. Un diplômé n'a pas plus de valeur qu'un illettré au regard du suffrage universel. Tout homme est un homme. Les citoyens sont égaux en droit. Ils ont le même droit politique. Peuple haitien doit relever ce défi républicain.

Le peuple doit gagner les rues pour faire respecter son vote.

Guichard Doré