Thursday, September 22, 2016

The Clintons Didn’t Screw Up Haiti Alone. You Helped.

By 
Trump has turned Haiti into the new symbol of Bill and Hillary’s crookedness. If only things were that simple.


Last week, during a swing through Miami, Donald Trump stopped by a community center in Little Haiti. Trump has never held much interest in Haiti or Haitian Americans, and it showed. Instead of the usual bluster, the reality TV star tentatively read some vague, prepared remarks off a sheet of paper, then sat back on a stool “to listen and to learn” for a few minutes from the small crowd of mostly middle-aged, upper- and middle-class Haitian Americans in dark suits and print dresses, scattered among a few rows of folding chairs.

POOL/Getty Images
Not long ago, Trump’s team glommed onto the possibility that Haitian Americans—generally black, generally Democratic-leaning voters who make up roughly 2 percent of the population of Florida, where Trump and Hillary Clinton are separated by less than a point—might be persuaded to vote against the former secretary of state. The irony of a nativist pandering to thousands of immigrants and refugees aside, there was a logic to this. Many people rightly identify Clinton with failures of humanitarianism and development in Haiti. The Trump team has folded that perception into a half-true narrative in which Haiti—like Whitewater and Benghazi before it—becomes a synecdoche for all the ills, real and imagined, of the Clintons themselves.

There are good reasons the world’s first black republic has been an island-sized headache for Clinton as she seeks the presidency. Haiti is a place where some of the darkest suppositions that lurk on the left and right about her and her husband take form. Here is an island country of 10 million people where America’s ultimate power couple invested considerable time and reputation. Here is a fragile state where each took turns implementing destructive policies whose highlights include overthrowing a presidential election. Bill Clinton in particular mixed personal relationships, business, and unaccountable power in ways that, if never exactly criminal, arouse the kind of suspicion that erodes public trust. No two individuals, including Haiti’s own leaders, enjoyed more power and influence than the Clintons in the morass of the failed reconstruction following the deadly Jan. 12, 2010, earthquake, when a troubled country managed to go from catastrophe to worse.


The Clintons compounded the resulting political problem the way they usually do, by saying as little as possible while letting their enemies fill in the blanks. A year before he became Trump’s campaign “CEO,” Breitbart News chairman Steve Bannon began pushing facile theories of corruption and malfeasance in the book Clinton Cash, written by Peter Schweizer under the aegis of Bannon’s Orwellianly named Government Accountability Institute. It was later turned into a film. Both versions of Clinton Cash tell a kaleidoscopic version of Haiti’s post-quake story, remixed and more than occasionally fudged to push the Clintons into the center. Those flawed but relatively measured accounts in turn inspired whack-job theories that have become articles of faith in the anti-Clinton fever swamps, such as the fantasy that Hillary and Bill just straight up stole billions of dollars in post-quake relief money—an impossible claim so unmoored from reality that even Peter Schweitzer didn’t bother making it.

Donald Trump (à gauche) en conversation avec un participant à la rencontre du candidat à Miami le 16 septembre 2016


The reality is a lot more complicated (and interesting) than that. The United States and Haiti were the first two independent republics in the Americas, and our often blood-soaked relationship goes back a lot further than the meeting of a silky Arkansan and an ambitious Illinoisan at Yale Law School.


Trump, probably unwittingly, submerged himself in some relatively recent chapters of that history at the Little Haiti Cultural Center. His host was Georges Saati, a wealthy Lebanese-Haitian industrialist whose family backed the brutal 20th-century dictatorships of François and Jean-Claude Duvalier and whose far-right faction helped foment the violent overthrow of President Jean-Bertrand Aristide in 2004.
George Sami Saati (FB Photo)

Trump was also treated to a speech by Bernard Sansaricq, a radical right-wing ex-Haitian legislator whom the Los Angeles Times once called the “self-proclaimed president of Haiti’s Senate” and who collaborated with the military junta that ruled during Aristide’s first exile in the 1990s, following a coup carried out during the George H.W. Bush administration by former Duvalierists on the CIA payroll. Trump was so moved that this week, his staff published another statement by Sansaricq on its website.
Bernard Sansaricq (FB photo)

Both wealthy Haitians openly loathe Bill Clinton, who ordered the U.S. invasion that put down the junta and restored Aristide to power, for a time. Sansaricq, who long ago left Haiti and ran unsuccessfully for U.S. Congress as a Republican in 2010 and 2012, repeated nonsensical, Breitbart-esque claims about “the whole world” having given “billions of dollars to the Clinton Foundation for the Haitians” (false: The Clinton Foundation has raised about $30 million in connection with Haiti and was at no point a general clearinghouse for post-quake relief money) and promising Trump the Haitian American community’s support if he will “ask Hillary Clinton to disclose the audit of all the money they have stolen from Haiti.”

Trump nodded thoughtfully. “I didn’t understand,” he said, “now I understand it.”

He didn’t. I know, because I’ve spent years looking into what’s really gone on in Haiti. I was the Associated Press correspondent in Port-au-Prince from 2007 to 2011 and survived the earthquake in 2010. I’ve spent years digging into the details of the response and recovery, much of which I put in a book. I’ve also done extensive, critical reporting on the Clintons’ roles in particular, which is why my name appears halfway through the Clinton Cash documentary, misleadingly implying that I was some sort of corroborating source.

In all that time, neither I nor anyone else has found the coveted evidence of either Clinton making off with vast sums of money from Haiti or the relief effort. And while America’s foremost power couple may be as culpable as anyone for the disastrous results of the earthquake response, it is fundamentally misleading to say that they are singularly responsible for it, much less for America’s long and abusive history with its oldest and poorest neighbor. I wish things were that simple.

There’s a real case to be made against Hillary Clinton in Haiti. From her first days as secretary of state, Clinton saw the island republic as a place to “road-test” a central piece of her foreign policy vision of “elevating development alongside diplomacy and defense as core pillars of American power.” Haiti would be a major example of “economic statecraft,” as she called it, where business and government partner to address natural disasters, poverty, and disease, neutralizing threats while generating money and power for the United States—what her husband would call a “win-win-win.”

Clinton has gotten grief in this election for that kind of thinking, exemplified elsewhere by a 2011 speech in which she pitched reconstruction in Iraq, eight years after the U.S. invasion, as a “business opportunity.” In reality, what she is pushing has been standard U.S. foreign policy for more than a century. (In Iraq, she was very late to the party.) It’s no less true when it comes to “humanitarianism.” The U.S. government devotes less than 1 percent of its budget to “foreign aid,” most of which goes to vendors based in the United States. For instance, nearly half a billion dollars of U.S. government relief aid “for Haiti” following the 2010 earthquake went to the Defense Department. The vast majority of U.S. government contracts went to American firms; almost no cash ever went, or was intended to go, to Haitians or the Haitian government. The same is true for nearly all nongovernmental organizations and charities, including the American Red Cross.

Despite promises to change this way of doing aid, both Clintons rode herd on business as usual—Hillary as head of the State Department (which includes the U.S. Agency for International Development, or USAID), and Bill in his panoply of roles, including co-chairing the Interim Haiti Recovery Commission (IHRC), a nominally Haitian government agency charged with overseeing the allocation of reconstruction money donated by foreign governments to a World Bank–managed fund for 18 months after the earthquake. USAID, ignoring recommendations to hire Haitian contractors, brought in several U.S. firms (and one Mexican firm) to build a housing development. The added cost of flights, hotels, cars, food allowances, living expenses, and “danger pay” ballooned the cost per house from $8,000 to $33,000, investigative reporter Jake Johnston found. Ultimately two of the American contractors weresuspended from receiving future government contracts. “Out of ignorance, there was much arrogance,” a Haitian official told Johnston.

But when the right isn’t beating the Clintons over the head about it, this pattern—keeping the money close to home—is how most conservatives, and a lot of other Americans, want foreign aid to work. Clinton’s insistence that relief and development efforts yield benefits for American businesses and consumers is aimed mostly at critics who don’t understand that this is how U.S. aid and intervention always operate. (That includes Trump himself, who told a Fox News town hall in April: “We have many, many countries that we give a lot of money to, and we get absolutely nothing in return, and that’s going to stop fast.”)

Before and after the earthquake, the State Department openly and enthusiastically pushed a vision of prosperity for Haiti through foreign investment in tourism, construction, and low-wage garment factories. In its view, this would save Haitians from poverty and prevent future refugee crises while making money for American and multinational corporations. That idea is badly flawed—among other things, the low wages and sweeping tax exemptions investors demand mean little money flows into the local economy—but it’s the program every single U.S. presidential administration has backed in Haiti since at least the 1960s. In the 1970s and early 1980s, Haiti produced huge quantities of cheap clothes, toys—and at one point all the baseballs used in the U.S. major leagues—earning it the nickname the “Taiwan of the Caribbean.” It’s a bipartisan effort: Clinton’s vision of “economic statecraft” isn’t all that different from the policies Ronald Reagan was pushing when his administration created the Caribbean Basin Initiative.

But efforts to resurrect the assembly sector, which collapsed in the turmoil following the fall of the Duvalier dictatorship 1986, got ugly. A few months before the quake, U.S. embassy officials pressured the then-Haitian president, René Préval, to nix a legislative proposal to raise the minimum wage for garment factory workers from roughly 22 cents an hour to 62 cents an hour, arguing that higher wages would discourage investment. Préval and legislators compromised at 38 cents an hour. (It has since gone up.) Bill used his newly minted position as U.N. special envoy to promote the economic agenda. “In the end all of our efforts will have to be judged by how many jobs we create, how much we swell the middle class, and whether we perform for the investors and make them a profit for doing the right thing,” he said at the time.

Once the disaster struck, the U.S. government focused its reconstruction efforts on pushing this vision. That resulted in the construction of Caracol Industrial Park, a $300 million, 600-acre industrial development built to house garment factories in northern Haiti. The project was financed through U.S. tax money via USAID, as well as the Washington-based Inter-American Development Bank. The Clinton Foundation helped promote the project to investors. Bill and George W. Bush teamed up to lobby Congress together to expand trade preferences for Haiti-sewn apparel. Bill also used his position with the IHRC to direct further funds to the project. With the help of U.N. Secretary-General Ban Ki-moon, a former South Korean trade minister, the organizers recruited Sae-A Trading Co. Ltd., a South Korea–based global garment giant that supplies many of the clothes you buy at Target, Walmart, Gap, Old Navy, and other stores, to be the anchor tenant.

All that was at stake when, 11 months after the earthquake, Haiti held a presidential election. Millions were still displaced and polling places in rubble, but the United States and its allies were paying for the election and insisted it go on. The process fell into chaos in the first round, with riots in the streets and candidates accusing each other of manipulation and fraud.

The electoral mess increased the Americans’ frustrations with Préval; they blamed his recalcitrance and skepticism about foreign intervention for the slow pace of reconstruction. The U.S. embassy openly fanned the flames by saying the official electoral results conflicted with a European Union–sponsored poll. U.S. officials then pushed Préval to throw his party’s candidate out of the second-round runoff and replace him with Michel “Sweet Micky” Martelly, a raunchy pop singer who enthusiastically backed foreign investment projects including Caracol. (Martelly had also proved receptive to guidance from foreign political hands.)

Clinton’s State Department played hardball behind the scenes, revoking the visas of Préval’s inner circle and banding with France, Brazil, Canada, and the United Nations leadership to pressure the president into stepping down.

Then, on Jan. 30, 2011, the secretary personally flew to Port-au-Prince. The night before, she had traded emails with her chief of staff, Cheryl Mills, as well as the Clinton Foundation’s chief operating officer, Laura Graham, who also served as Bill’s chief of staff on the IHRC. In one email, Graham said resistance was building against the U.S. plan and that the secretary had been “specifically criticized today for imposing this solution.” Mills suggested that Clinton emphasize a message in response: “The voices of the people of Haiti must be heard. The votes of the people of Haiti must be counted fairly. And the outcome of this process must reflect the true will of the Haitian people. That is the only interest of the United States.”

Hillary delivered that message almost word for word to the Haitian and foreign press the next day. Behind closed doors, she sweet-talked Préval, convincing him that accepting the U.S.-backed candidate would secure his legacy.

Martelly became president in May. In his inaugural speech he declared, in English: “This is a new Haiti open for business, now!” Bill was in the audience.

Initially, Martelly accepted Garry Conille—Bill Clinton's chief of staff at the U.N. Office of the Special Envoy—as his first prime minister. But sensing a babysitter, Martelly quickly booted him out and replaced him with his own business partner. “The situation cannot afford Washington to sit on sidelines. They elected him and they need [sic] pressure him,” Graham grumbled to Mills in an unusually candid email.

The earthquake recovery foundered, inflation spiraled, and violence spiked. Martelly left office earlier this year amid an unfinished, fraud-wracked election; for a week, the country had no president. Haiti is now struggling with a weak, transitional government. Demonstrations loom, as do strikes and threats of takeover by armed militants.

Caracol opened in 2012 with both Clintons joining Martelly (and an acquiescent Préval) at the opening ceremony. The project has been a disappointment by any measure. Sae-A brought in a fraction of the jobs it promised. Its employees grumble about the long hours, tough conditions, and low pay. The project has had little positive impact on Haiti’s economy so far.

Trump has criticized Caracol on the stump, referring in a recent speech to the time that “Hillary Clinton set aside environmental and labor rules to help a South Korean company with a record of violating workers’ rights set up what amounts to a sweatshop in Haiti.” It’s a hypocritical complaint for a mogul who employs his own sweatshop labor in China and Central America. Small wonder that he dropped that line of criticism at the Little Haiti event, where his hosts were wealthy industrialists whose opposition to Aristide (and Bill Clinton) was rooted in large part in the former Haitian leader’s resistance to garment-factory owners and foreign investment schemes. Still, it’s only a bit overstated—while Hillary built nothing alone, her State Department pushed hard to get the park up quickly, over theobjections of other administration departments.

But what the shallower critics of the Clintons miss is whom this fundamentally unjust system is designed to benefit. Despite cherry-picked, half-understood stories about permits for nonexistent gold mines and isolated instances of naked (and duly punished) fraud that account for rounding errors in the actual billions raised and spent after the earthquake, there is simply no evidence that the intent was to line the Clintons’ pockets.

The system isn’t designed for them; it’s for us. The low wages that the U.S. embassy helped suppress are the reason we can enjoy a steady stream of $9 Mossimo camisoles and $12.99 six-packs of Hanes T-shirts. Even U.S. military uniform parts get made in Haitian sweatshops. As America moves further away from its producer past and deeper into its consumer present, we will want cheaper and cheaper smartphones and cheaper and cheaper clothes that we can afford on our stagnant service wages, and we will demand our leaders find us alternatives to sourcing from rivals like China. Places like Caracol are the result. Some Americans say they want production jobs to come back home, but few are ready to pay twice as much for their clothes or $100 extra for their iPhones, most of which would still have to be sourced from overseas.

To get the things we want, the United States has been in the business of overturning elections and toppling governments for more than a century. Clinton’s trip to Haiti in 2011 represents the softer end of a long tradition of U.S. invasions, coups, and usurpations: Panama in 1903 to Iran, 1953; Guatemala, 1954, to Congo, 1961; Vietnam, 1963, to Chile, 1973, to Iraq 2003, and on and on.


The U.S. Marines occupied Haiti from 1915 to 1934, helping foster the overcentralization—whereby American-run businesses and breaks on custom duties were concentrated in the capital—that made the 2010 earthquake so deadly.  And we have been meddling ever since—ferrying leaders out and in and out again.
Marines américains en patrouille durant l'occupation d'Haiti en 1915
As Trump was reminded in Little Haiti, Bill Clinton ordered the 1994 U.S. invasion. George W. Bush ordered his in 2004. The U.N. peacekeeping mission that dumped cholera into Haiti’s waterways a few months after the quake had nothing to do with Clinton’s U.N. Office of the Special Envoy; it was created years earlier, during the Bush administration, to take over from his U.S.-led force and has been kept there and aggressively defended by administrations through Barack Obama’s in large part because it is cheaper than sending U.S. troops back again.

That military might is used, explicitly, to keep things from deteriorating to the point that thousands of Haitians flee toward Florida, as they did in the 1980s and 1990s. Why? Because as it turns out, a lot of Americans aren’t fond of refugees.

None of this gets the Clintons off the hook for the actions they are personally responsible for in Haiti. I’ve asked Hillary’s spokesman many times to comment on how things have turned out there and what if anything she would do differently as president. He said once that she’d comment “when the time comes to do so.” That was back in April 2015. I’m still waiting.

Bill continues to mix his post-presidential fame and Haiti business matchmaking in ways that set off alarm bells—often in conjunction with his trademark quarter-million-dollar speaking fees. In the reconstruction effort, he often partnered with Irish cell phone company Digicel and its head, Denis O’Brien. The company helped arrange at least one lucrative speaking engagement for the former president, while the Clinton Foundation “facilitated introductions” to help O’Brien build a luxurious new Marriott hotel next to Digicel’s Port-au-Prince headquarters. USAID has directed about $1.3 million to Digicel since 2008, along with private grant money. Digicel has donated tens of millions of dollars to the Clinton Foundation. It’s hard to say how, or even if, any of those parts fit together: Digicel was dominating Haiti’s cell phone market and doing development work there long before the Clintons re-engaged with the country in 2009. USAID money started going to Digicel while George W. Bush and Condoleezza Rice were running U.S. foreign policy, and most has been paid out since Clinton left the State Department. An indirect speaking fee is hardly proof of a kickback scheme. Still, the relationship is clearly an example of the many ways money and celebrity combine and strengthen each other at the highest levels of power.

But it ignores all history and logic to pin the whole sordid tale of Haiti’s relief and reconstruction disasters on one couple, no matter how powerful they have been. Turning legitimate criticisms about U.S. intervention into a question about one candidate’s personality is a way of avoiding harder questions. The Clintons didn’t create the world we live in; they just know how to navigate it better than most of us do. If we want it to change, we have to change it.  And it seems clear that electing a strongman leader who turns to putschists for advice on the developing world and who has never shied away from making money by working with corrupt regimes isn’t the answer. Changing a system that operates with millions of people and trillions of dollars will take more than shunting all the evils of empire onto one or two personalities—not when we benefit from them so eagerly and almost never change ourselves when it counts. Pretending otherwise is just a way to let ourselves off the hook, too.


Source: Slate
La  mise en caractères gras de certaines phrases du texte sont de l'auteur. Illustrations de HCN à l'exception de la toute première photo qui acconpagne l'article dans les colonnes de Slate

Saturday, September 17, 2016

Trump aux haitiens à Miami: Je veux être votre champion

Le candidat présidentiel républicain Donald Trump a rencontré un  groupe d'Haitiano-américains ce vendredi 16 septembre à Little Haïti (Little Haiti Cultural Center)

D'emblée, Trump a attaqué son adversaire politique Hillary Clinton qui, selon lui, n'a rien fait pour Haiti, surtout après le tremblement de terre  de Janvier 2010 quand Haïti avait besoin d'aide au maximum.


"L'argent des contribuables [américains] destiné à Haïti et aux victimes du tremblement de terre est allé à un grand nombre de copains des Clinton," a déclaré Trump.


Plus tard, Trump a dit aux participants qu'il était venu "écouter et apprendre" en vue d'établir de nouveaux rapports avec la communauté haitienne.
"Que vous votez pour moi ou non, je veux vraiment être votre plus grand champion," --Donald Trump
Concernant les préoccupations de certains compatriotes quant à l'ingérence des Clinton pendant deux decennies dans les affaires d'Haiti, Trump a répondu qu'il appréhendait mieux la situation haitienne vis-à-vis des Clintons

«Je ne comprenais pas, je comprends maintenant", a déclaré Trump

 Quelques manifestants ont brandi des pancartes disant: «Little Haïti dit Non au racisme et à la haine de Trump."

Certains ont fait cependant ressortir l'absence de progrès en Haïti malgré l'implication de Bill et Hillary Clinton, ce qui leur donne une raison de voter pourt Trump.

Quid de la position controversée de Trump sur l'immigration? Il semble qu'il n'y pensent pas trop, apparemment trop satisfaits que Trump ait promis de nommer un américano-haitien comme ambassadeur en Haïti, s'il était élu.

Les participants comprenaient des médecins haïtiens, des avocats et d'anciens ministres du gouvernement d'Haïti.


Le candidat républicain a aussi rencontre d'autres ethniques groupes (cubains,venezueliens) à qui il a fait aussi des promesses  comme celles de revenir sur la politique d'ouverture envers Cuba initiée par Obama.

Commentant cette rencontre avec les Haitiano-Americains, Dr Carl Gilbert, directeur de Haiti Connexion Network (HCN), a dit : ce type du nom de Trump démontre de plus en plus une anomalie psychique, mentale ou autre. J'aimerais que ses supporters, à part leur bigoterie, nous disent les raisons  les poussant à soutenir ce type. Définitivement, Hillary, malgré son manque apparent d'intégrité, est nettement plus qualifiée pour gouverner. Les votants ne doivent pas oublier que Trump a fait sa route en avançant des mensonges de droite à gauche,  soit dans le domaine des affaires soit maintenant dans la politique. Et ce n'est pas sans raison que le gouvernement fédéral avait intenté un procès contre lui et son père pour discrimination systématique envers des Noirs dans le loyer de ses appartements à New-York. De plus, nous vivons ici aux Etats-Unis et non en Haiti, ce qui se passe ici politiquement devrait nous préoccuper davantage en ce qui concerne droits civiques, jobs, économie, etc. Si l’on est pauvre ou malmené ici on ne peut pas aider Haiti. Oxygen first on your face before you help others nous dit toujours les hôtesses de l’air dans les avions. La politique est d'abord locale.

Jeremy Gilbert, Miami, pour HCN-9/17/2016

Friday, August 26, 2016

EN MEMOIRE DE JEAN-FRITZ LAPLANCHE



PAR DR CARL GILBERT

Samedi dernier, 20 août 2016. C’est avec une grande stupéfaction que j’ai appris l’assassinat crapuleux d’un ami, l’honorable Maitre Fritz Jean LAPLANCHE

Autant dire que cette nouvelle a frappé les membres des communautés jérémiennes et grand’anselaises comme la foudre vu que Fritz fut un être noble et digne de cette région qu’il a servie depuis son jeune âge face au dépeuplement des valeurs individuelles qu’ont connu Jérémie et ses environs au fil des années.


C’est le cas de dire que Jérémie est en train de pleurer l’un de ses enfants fauché encore une fois par la violence aveugle qui a entaché l’histoire de cette ville et de ce pays que Fritz a pourtant aimés jusqu’au bout. Un amour qu’il allait prouver à nouveau quand il projetait à deux jours de la date fatidique son départ pour Jérémie en vue de prêter sa participation à la célébration de la St Louis, fête patronale de la ville.

Mais ce pays qu’il portait profondément dans son cœur l’a laissé mourir comme un chien. Que dis-je ? comme un chien haïtien !

Car un chien dans des pays civilisés aurait reçu des soins intensifs immédiatement après que les balles assassines l’aurait atteint et les sociétés protectrices des animaux de ces pays n’auraient pas abandonné ce chien dans son trépas pendant plus de 4 heures d’horloge avant que le nécessaire ait été fait pour sauver sa vie. Mais Hélas ! c’est ainsi que Fritz a connu sa fin, gisant seul par terre, avant qu’un bon samaritain lui ait accordé un coup d’œil et appelé les « soins d’urgence » qui, malgré son état grave, voulaient que tout soit payé d’avance avant l’administration de tout traitement pour stopper l’hémorragie qui, goutte par goutte, consumait la vie de notre Fritz.  Pays de chiens…haïtiens!


Fritz a pourtant vécu, lui, sa vie non pas comme un chien mais en tant qu’un chevalier infatigable qui a travaillé sans répit jusqu’à la fin de ces jours.  Il voulait revoir ses amis d’autrefois et nous invitait directement ou indirectement à revenir au pays pour la grande fête des valeurs retrouvées. Il n’a pas eu cette chance ! On ne lui a pas donné cette chance !

Rude travailleur, il s’attelait à la tâche qui jamais ne lui était difficile. Souriant, affable, éducateur conscient-- comme son père-- on le voyait toujours avec un livre à la main. Et il pouvait déclamer des vers inspirants de poètes haïtiens ou étrangers comme ça, sans hésitation, pour réhausser une conversation ou bien pour prodiguer un conseil à un ami ou à un jeunot qu’il voulait aider à faire face aux problèmes de la vie.


« Plus encore que la vie, la mort nous tient par des liens subtils » a écrit Charles Baudelaire. Je suis presque certain que Fritz dans l’au-delà où maintenant il se trouve est en train de nous regarder avec son visage à jamais rayonnant, lançant vers nous ces liens d’amour et d’autres bons sentiments qu’il a tissés au cours de sa vie fauchée par un con ou des cons qui ne savent même pas qu’ils sont cons.

Mon épouse Ghislaine et moi présentons nos sincères condoléances à sa femme, ses enfants, son frère Dr Eric Jérôme, à ses soeurs Marie Carmelle, Marie Lourdes, Irnise Jerôme, aux proches et amis éprouvés par la perte cruelle de cet homme qui bien que mort restera comme un point lumineux dans le ciel de la ville de Jérémie. Paix à son âme !

Les funérailles de Jean Fritz Laplanche seront chantées le Samedi 27 août 2016 à 8 h 30 a.m au Parc du Souvenir. L’exposition se fera dès 7 h 30 a.m. La famille reçoit le vendredi 26 Août 2016 au Salon Ange Bleu de l’Entreprise Celcis, sis au # 1, rue Jose Marti, Turgeau, de 4 h à 6 h pm. L’inhumation se fera au Parc du Souvenir.

Dr Carl Gilbert

Sunday, August 7, 2016

Pages Retrouvées: AU BRESIL, UN RACISME CORDIAL

A LIRE CET  ARTICLE CI-DESSOUS, ON COMPRENDRA MIEUX LE CONTEXTE DE LA

DÉFÉNESTRATION DE  DILMA ROUSSEFF ET DU GOUVERNEMENT DU PARTI DES 

TRAVAILLEURS,  DE LULA DA SILVA, LE  MIEUX-ÊTRE PROMIS AU BRÉSIL AU 

DÉBUT DE MAI N'EST  PAS POUR DEMAIN!

MAX BLANCHET
____________________________________

Source: Le Monde
Auteur: Nicolas Bourcier

A deux pas du centre-ville, au coeur de la zone portuaire de Rio de Janeiro chamboulée par les travaux d'embellissement en vue des Jeux olympiques de 2016, deux ouvriers à la "peau de feu" attendent le verdict des trois archéologues penchés avec leurs ombrelles au-dessus de la tranchée. Une vieille dame bistrée (brun noirâtre) tente de se frayer un chemin, sans même jeter un regard. Pour la énième fois, les employés municipaux butaient sur les vestiges du Valongo, le quai où débarquèrent le plus grand nombre d'esclaves aux Amériques. Un lieu de mémoire et de douleur, enfoui depuis des lustres sous les pavés et le bitume de la ville dite "merveilleuse".

La délégation haitienne au cours du défilé d'ouverture des Jeux Olympiques de Rio (classée 3ème  en terme de style vestimentaitaire par Yahoo Style)
 Plus de 600 000 Africains foulèrent ces maudites pierres au tournant du XIXe siècle. L'hôtel de vente aux esclaves était juste à côté. Leur cimetière aussi, surnommé "le cimetière des nouveaux Noirs". Depuis le début des travaux, en 2010, de très grandes variétés de bracelets, pierres précieuses et petites affaires personnelles ont été découvertes sous les décombres. Des dizaines de milliers, selon Tania Andrade Lima, la responsable des fouilles.


Jour après jour, Valongo a aussi permis de donner corps à l'ampleur de la traite négrière au Brésil : sur les 9,5 millions de "pièces d'ébène" razziées en Afrique et acheminées dans le Nouveau Monde entre le XVIe et le XIXe siècle, près de 4 millions débarquèrent sur ces terres. Dix fois plus que les esclaves qui ont été expédiés aux Etats-Unis. Un abîme !

VALONGO, PIQÛRE DE RAPPEL DE L'HISTOIRE

Aussi, l'envers du décor est un Brésil qui a cherché pendant plus d'un siècle à effacer son passé. Refusant de solder l'héritage de la traite des Noirs. Et offrant l'image d'un pays métissé, où la couleur de peau ne compte pas, où le racisme n'existe pas, un pays dans lequel des populations d'origine indienne, européenne et africaine entretiendraient des relations cordiales.
video
 La délégation olympique d'Haiti au Brésil, à laquelle nous souhaitions Bon Travail et Bonne chance

Premier pays esclavagiste d'Amérique, le Brésil a été également la dernière nation du continent à décréter l'abolition de l'esclavage, le 13 mai 1888. Une époque où Rio et ses faubourgs représentaient la plus grosse concentration urbaine d'esclaves depuis la fin de l'Empire romain. Plus de 40 % de la population. Presque une ville entière "lestée de fers". 
Document de l'abolition de l'esclavage au Brésil

Aujourd'hui, la municipalité de Rio envisage de transformer une partie du quartier de Valongo en site archéologique à ciel ouvert. "Ce patrimoine peut être enfin reconnu, valorisé et devenir un instrument contre cette amnésie collective que s'est imposée notre société à l'égard de la communauté noire ", avance Tania Andrade Lima. Valongo comme piqûre de rappel de l'Histoire. "Un petit exemple de la réévaluation bien plus large que connaît actuellement la question raciale au Brésil ", ajoute finement l'hebdomadaire britannique The Economist.

De fait, le pays change. A Rio où ailleurs, rares sont ceux qui qualifient encore le Brésil de "démocratie raciale ", la formule chère au sociologue et écrivain Gilberto Freyre (1900-1987). Les organisations noires préfèrent parler de "racisme institutionnalisé ", soutenues, entre autres, par l'Eglise catholique, qui dénonce les discriminations et la perpétuation d'une culture de "négrier". Chico Whitaker, l'un des défenseurs des droits de l'homme les plus connus du monde ecclésiastique, n'avait-il pas dit en 2009 que le Brésil vivait encore sous le régime de l'apartheid ?

D'après un recensement rendu public fin 2011 par l'Institut national de statistiques, les Brancos ("Blancs") représentent, pour la première fois depuis la fin du XIXe siècle, moins de la moitié de la population. Ils sont 50,7 % à s'autodéclarer preto ("noirs", 7,6 %) ou pardo ("métis", 43,1 %). Soit 5,4 % de plus qu'en 2000. Trait marquant, ces statistiques montrent aussi que les Brésiliens de couleur restent toujours nettement défavorisés par rapport aux Blancs. L'inégalité raciale est flagrante à tous les niveaux, à commencer par la répartition des richesses. Deux tiers des pauvres sont noirs ou métis. A qualification égale, les Noirs gagnent en moyenne deux fois moins que les Blancs. Une femme noire ne perçoit environ qu'un quart du salaire d'un homme blanc. Selon une étude de 2007, les citoyens de couleur n'occupaient que 3,5 % des postes d'encadrement. A peine 10 % des places d'étudiants à l'université. Moins de 5 % au Parlement. Et 3 % dans le judiciaire. Guère davantage aujourd'hui.

LA DETTE SOCIALE DE L'ESCLAVAGE

Le gouvernement de coalition, composé de 36 membres, de la présidente Dilma Rousseff ne comprend qu'une ministre noire, Luiza Helena de Bairros, chargée du... secrétariat pour la promotion de l'égalité raciale. Elle est la digne héritière du footballeur Pelé, premier homme de couleur à avoir exercé un poste de ministre - des sports, en 1994. Singulière parabole de cette expression brésilienne, "le Noir doit savoir où est sa place". Tous les chiffres et indicateurs vont donc dans le même sens et ils contredisent ce que ressent le visiteur de passage. "Le racisme au Brésil est caché, subtil, non avoué dans son expression, masqué et sous-estimé par les médias, souligne Joaquim Barbosa, premier juge noir à siéger à la Cour suprême de Brasilia. Il n'en demeure pas moins extrêmement violent." Lui-même, nommé en 2003 par le Lula et pourtant devenu l'une des personnalités publiques les plus connues, dit s'être vu remettre, à deux reprises, une paire de clés de voiture par des hommes blancs au moment de franchir la porte d'un restaurant chic de Rio. Un Noir ? Il ne pouvait être que voiturier. "Et pourtant, ajoute-t-il, les choses se modifient, lentement, une prise de conscience prend forme."


En avril, les dix juges de la Cour suprême ont fait sensation en prenant position pour la discrimination positive dans l'enseignement supérieur. A l'unanimité, les hauts magistrats décidaient que les quotas raciaux à l'université étaient constitutionnels et corrigeaient "la dette sociale de l'esclavage". Des dizaines de spécialistes avaient été auditionnés et le jugement a été retransmis en direct à la télé.

Quatre mois plus tard, le 7 août, le Sénat vote une loi obligeant les institutions fédérales de l'enseignement supérieur à réserver 50 % de leurs places à des élèves provenant de lycées publics. Le texte vient d'être paraphé dans son intégralité par la présidente Dilma Rousseff. Les universités ont jusqu'à 2015 pour s'y conformer. Dans la pratique, la loi impose une combinaison sociale et raciale, un mixte astucieux prenant en compte les particularités locales. Elle réserve près de 25 % du total des places des universités fédérales aux étudiants dont le revenu familial est égal ou inférieur à 1,5 fois le salaire minimum (933 reais, 360 euros environ). Le quart restant étant alloué aux étudiants en fonction de l'autodéclaration de la couleur de peau. A charge pour les universités de faire en sorte que les proportions de Noirs, Métis et Indiens soient - au minimum - égales aux proportions de la répartition raciale de l'Etat dans lequel elles se trouvent.
 
Favela au Brésil
Selon les calculs du quotidien O Globo, la loi entraînera une augmentation de 128 % du nombre de places destinées à la discrimination positive dans les universités fédérales de Rio. Les quatre universités concernées réservent actuellement 5 416 places aux quotas sociaux. Avec la nouvelle mesure, ces places passeraient à 12 351. Il n'en fallait pas plus pour que les adversaires des quotas dénoncent la "racialisation" du Brésil par l'"ethnicisation" du social. Surtout, le débat semble avoir mis à mal le mythe de la démocratie métisse, selon laquelle on ne se définit pas par la couleur de peau.

LE LONG DÉNI DE L'AFRO-BRÉSILIANITÉ

"Le pays le plus raciste du monde ", comme l'avait vilipendé un jour, au début des années 1980, en pleine dictature militaire, le sociologue Alberto Guerreiro Ramos (1915-1982), serait-il en proie à une mutation profonde ? C'est le sentiment de la grande majorité des experts rencontrés. "Ces quotas sont la seule alternative aux mécanismes d'occultation et d'exclusion sociale mis en place depuis la fin de l'esclavage ", souligne Spiritos Santos, auteur d'un blog vivifiant sur la question raciale et professeur de musique afro-brésilienne à l'université d'Etat de Rio. Pour le frère franciscain David Raimundo dos Santos, "cette nouvelle phase est une révolution pour le Brésil". Responsable d'Educafro, une ONG qui lutte pour faciliter l'accès des Noirs à l'éducation, il dit être convaincu que le Noir est passé au fil des années "d'esclave du maître à esclave du système". Il ajoute : "Le Brésil se réveille en pouvant annoncer qu'il a une méthode d'intégration." Un réveil après une longue nuit tourmentée, celle d'"un long déni de l'afro-brésilianité ", écrit Richard Marin, professeur d'histoire et spécialiste reconnu du Brésil.

Dès l'indépendance du Brésil en 1822, les élites n'ont eu de cesse de renier la matrice africaine. "Soucieuses de glorifier un passé ne devant rien aux Portugais, ces élites exalteront dans un premier temps l'Indien, le maître originel de la terre, ce qui est sans danger pour l'ordre esclavagiste ", explique Richard Marin. Le Noir est marginalisé, comme rayé de la carte. Même l'écrivain abolitionniste Ruy Barbosa de Oliveira (1849-1923) autorisa en 1890, en tant que ministre des finances, la destruction de la majeure partie des archives du gouvernement liées à l'esclavage. Une manière de refouler une marque honteuse et d'éviter toute forme de compensation, explique Vik Birkbeck, cinéaste britannique installée à Rio et cofondatrice d'un abondant fonds d'archives vidéo sur la culture noire.

L'esclavage aboli, les anciens captifs sont livrés à eux-mêmes. Alors qu'aux Etats-Unis, le président Lincoln ouvre 4 000 écoles pour les esclaves, le Brésil n'en crée aucune. "Sans terre, sans éducation, coupé de toute structure sociale, le Noir libre fut condamné à la misère, souligne Alain Rouquié dans Le Brésil au XXIe siècle. L'abolition tant attendue enracina l'inégalité."

Jusqu'à la crise de 1929, le boom caféier attire 4 millions d'immigrants d'Europe, peu soucieux du passé colonial et des racines de leur nouvelle patrie. Ceux-ci affichent avec fierté leur identité quand partout triomphe la "supériorité de l'homme blanc". Une propagande immigrationniste venant du Vieux Continent s'installe, avec pour but de "blanchir" le Brésil, limpar o sangue ("nettoyer le sang"), comme on dit en portugais, au motif que cette jeune et désormais riche nation ne pouvait se faire avec une population majoritairement noire. L'arrivée massive d'Européens produirait naturellement une population à la peau plus claire. A Rio, en 1911, le Congrès international des races annonce le "blanchiment" du Brésil d'ici un siècle...

C'est avec le "modernisme" brésilien des années 1920, qui rejette avec force la servilité à l'égard de l'académisme européen, et aussi avec les romans de Mario de Andrade, qui évoquent le passage de la culture blanche à la culture noire, que la mémoire métisse se met en place. Mais il faudra attendre les travaux de Gilberto Freyre, et d'abord Casa Grande e Senzala (Maîtres et esclaves), en 1933, pour que s'ouvre une perspective qui exalte le métissage comme une "sublime spécificité" brésilienne. Si le sociologue de Recife développe une version magnifiée du colonialisme portugais et du passé esclavagiste, patriarcal et doux, il a l'immense mérite de n'établir aucune hiérarchie entre les "trois races" fondatrices (Africains, Indiens et Portugais).

Définie en contrepoint du modèle ségrégationniste nord-américain, cette notion connut un succès rapide au Brésil, où elle contribua à légitimer le régime autoritaire de l'Estado novo (1937-1945). Moitié blanche, moitié noire, Nossa Senhora da Conceiçao Aparecida devient la sainte patronne du pays. Plat des esclaves, la feijoada (riz blanc et haricots noirs ou marron) s'impose comme plat national. Autrefois musique de "nègre", la samba devient le son typique brésilien. "Au moins jusqu'à la fin des années 1970, c'est à travers ce stéréotype (du métissage biologique et culturel) que le pays se donne à voir à l'extérieur, poursuit Richard Marin. Et pourtant, il y a loin du mythe de la "démocratie raciale" à la réalité de la condition de nombreux Afro-Brésiliens, victimes du racisme - la plupart des Brésiliens préfèrent l'euphémisme "préjugé racial"."

Masqué par l'absence de ségrégation juridique et la chaleur des rapports sociaux, ce "racisme cordial" est nié par le tabou national. Les Brésiliens considèrent qu'ils n'ont pas de préjugé de race, sinon "celui de ne pas en avoir ", selon l'expression du sociologue Florestan Fernandes. Une enquête conduite dans les années 1980 par l'anthropologue Lilia Moritz Schwarcz donne la mesure de ce refoulement. Si 97 % des personnes répondirent n'avoir aucun préjugé racial, 98 % avouèrent connaître des personnes racistes. Non sans humour, l'anthropologue en conclut : "Tout Brésilien se perçoit comme une île de "démocratie raciale" encerclée par des racistes."

136 CATÉGORIES DE COLORATION

Une enquête de l'Institut national de statistiques, en 1976, dit très bien le rapport complexe des Brésiliens avec la couleur de peau. Elle demandait à chaque destinataire du questionnaire d'indiquer quelle peau il avait. Le succès fut immédiat, et provoqua un étonnant casse-tête. Les Brésiliens se reconnaissaient dans rien de moins que 136 catégories de coloration allant du blanc au noir.



Pour la couleur blanche, les ménages se sont décrits selon une douzaine de taxinomies, de "bem branca" ("bien blanche") à "branca suja" ("blanc sale"), en passant par "branca queimada" ("blanc brûlé"), "branca avermelahada" ("blanc rougi") ou "branquiça" ("blanc essentiel"). La peau jaune révèle quatre entrées. Trois pour la peau rose. Certaines peaux sont "roxas" ("violettes"), "verdes" ("vertes"), "palidas" ("pâles"), "trigos" ("blés") ou "morenas bem chegadam" ("brunes bien arrivées"). Pour désigner une peau noire ou métisse, les nuances sont quasi infinies : "cor de cafe" ("couleur de café"), "tostada" ("grillée"), "bugrezinha" ("un peu bien foncée"), "meio preta" ("moitié noire"), "parda escura" ("gris sombre"), "queimada de praia" ("brûlé de plage"), Comme si l'identité raciale était un attribut social passager et relatif, "un objet de négociation", selon Lilia Moritz Schwarcz.

Et pourtant. Il fallut attendre 1986 pour assister à l'élection - tumultueuse et controversée - d'une Miss Brésil noire. Attendre encore la nouvelle Constitution brésilienne de 1988, trois ans après la chute de la dictature, pour inscrire le racisme comme un "crime imprescriptible". Et attendre la loi du 9 janvier 2003, soutenue par le président Lula, pour que l'enseignement de l'histoire et de la culture afro-brésilienne soit obligatoire à l'école primaire et secondaire.

Malmené par le régime militaire, le mouvement noir, ultraminoritaire, trouve de solides relais dans l'opinion progressiste dès les premières heures du Brésil démocratique. Il fait pression pour remplacer le 13 mai, jour anniversaire de l'abolition de l'esclavage, par le 20 novembre, la Journée de la conscience nègre qui commémore la mort du légendaire Zumbi Dos Palmares, leader noir insurgé du Nordeste au XVIIe siècle. Il milite pour l'adoption de mesures de discrimination positive sur le mode de l'affirmative action des années 1960 aux Etats-Unis.

QUOTAS RACIAUX

Le débat sur les quotas raciaux apparaît sous le président Fernando Henrique Cardoso (1995-2002). Sensible à la question noire pour avoir consacré sa thèse de sociologie à l'esclavage, il instaure des groupes de travail où l'on évoque les actions publiques de valorisation des populations noires et l'obligation de mentionner la couleur de peau dans les documents officiels. En 2002, l'université d'Etat de Bahia s'ouvre aux quotas raciaux, suivie au compte-gouttes par une soixantaine d'établissements.

Avec Lula, l'objectif explicite d'une politique de quotas raciaux "vise à "réparer", observe Richard Marin, à compenser les discriminations sociales dont les Noirs sont l'objet, ce que peu de Brésiliens contestent". C'est cette voie que la Cour suprême a voulu suivre après une dizaine d'années de débats et de tâtonnements. Et que le Sénat vient de baliser en croisant prudemment les critères sociaux et de couleur de peau.

Les rues du Valongo viennent d'être pavées et rouvertes à la circulation. Des façades de maisons ont été restaurées. Le jardin suspendu du vieux quartier Morro da Conceicao, situé en face du port, a été réhabilité. Tout est calme. Ce soir passe à la télé le premier épisode d'une telenovela, Lado a lado, "côte à côte" en français. L'histoire est consacrée à la vie des Noirs après l'abolition de l'esclavage. "C'est une période riche et encore peu explorée ", a commenté l'acteur principal, Lazaro Ramos. Il a souri, dit-on.

Illustrations: Haiti Connexion Network

SUJET CONNEXES: